Oh my* ! #5

Oh-My-Let's-Talk-About-Merci Seigneur ! Une nouvelle année, une nouvelle saison, j’en suis tellement reconnaissante. La reconnaissance est réellement la clé du bonheur je vous assure. Et c’est dans les moindres petites choses, dans les moindres petites victoires ou grâces qu’elle est la plus délectable. Comment commencer ce Oh my*! ?

Si vous n’y êtes pas familier chaque fin de mois, (enfin quand j’y pense) j’essaie de dresser un récap’ des pépites que la vie (ou plutôt son architecte). Cette rubrique c’est un peu mon Thanksgiving perpétuel, une extension de mon grace book et une manière de me souvenir de ce que la vie m’a apporté de beau.

1/ Alors first things first, nous avons 7 ans mon chéri et moi, oui 7 ans de mariage !

Un après midi de fin d’été sous une tente en plein air j’ai décidé de dire oui à mon amour. Un homme d’une tendresse, d’une force tranquille et d’une confiance en la vie comme je n’en avais encore jamais rencontré. 7 ans plus tard et 2 bébés, nous sommes encore là, ensemble et amoureux. Nous n’avons pas fêté en grand cette année, mais alors que nous étions tendrement lovés dans notre canapé je me suis dis que c’était tout ce dont j’avais besoin, ni plus ni moins. Ses bras, sa présence, son amour and that’s it ! Merci Seigneur, pour lui, pour nous et pour notre famille !

2/ Mes bébés grandissent et ont fait leur rentrée

Émue mais aussi, je dois l’avouer, soulagée ! Les amis, travailler à la maison avec des enfants qui refont les meilleurs scènes de cris et de drame de la Reine des Neiges, Raiponce et j’en passe n’est vraiment pas facile ! Mais je les adore mes poulettes et je suis contente qu’elles aient l’occasion d’apprendre et se créer de nouvelles expériences propres.

3/ Un geste pas si anodin

Jeudi matin après avoir déposé ma première à l’école, je suis passée à la boulangerie. Au moment de régler, je me rends compte qu’en changeant de sac à la sauvette avant de quitter l’appart’ je n’avais pris le bon porte-monnaie et que je n’avais pas assez dans celui-ci pour régler. Alors en commençant à réduire ma liste devant ma caissière, une cliente juste après moi a offert de régler ma note ce qui correspondait à près de 5€ d’écart. J’étais tellement surprise et gênée faut le reconnaître que j’ai gentiment refusé. Elle a tellement insisté que j’ai fini par accepter. Cela m’a fait tout drôle au début, car pour être honnête je n’aime pas avoir le sentiment d’être redevable et je préfère être largement en position de donner que de recevoir. Je ne sais pas vraiment pourquoi… ce geste m’a marqué et m’a fait réfléchir. Pourquoi est-ce si difficile de recevoir ? et pourquoi est-ce si confortable d’être dans la position de donneur ? Il y a quelque chose de l’ordre de l’humilité et de la capacité à reconnaître un manque et donc un besoin, et l’acceptation de son comblement par une autre personne que soi. Et d’un autre côté, quand l’on souhaite n’être que le « donneur dans une relation » il y a peut-être également quelque chose de l’ordre de l’orgueil et de la peur d’être déçu en plaçant des attentes sur la capacité de l’autre à nous « rendre » ce que nous avons offert. À méditer.

Savoir recevoir, c’est savoir se mettre en situation de dépendance, aussi minime soit-elle mais de dépendance quand même. Nous ne recevons pas car nous demandons mal dit la Bible; mais la plupart du temps avons nous seulement le courage de demander ?

La société de « self-made » women and men dans laquelle nous vivons promeut toute une théologie d’accomplissement, développement, et satisfaction possible que par soi, mais est-ce vraiment comme cela que les choses avaient été prévu ?

Se rendre compte qu’une personne autre que soi peut-être une solution apprend à reconnaître la grandeur en chacun et la possibilité d’ associations heureuses, d’élargissement de nos horizons, de nouvelles perspectives.

J’ai été profondément touché par ce geste (ok c’était 5€ mais c’est la démarche derrière qui est belle) et je prie d’apprendre davantage à recevoir : en paroles, en gestes, en matériel, en compliments (celui là est très dur pour moi) en prières et souhaits, en attention et quand cela sera le moment à savoir également donner en retour.

Qu’en pensez-vous ! Je suis très curieuse d’avoir vos retour sur ce point. Le talk est ouvert !

Sur cette pensée je vous souhaite de passer un excellent week-end ! Puisse-t-il être reposant, riche en nouvelles idées et plein d’amour (cette phrase est absolument culcul mais bon…) !

Besos !

Pour les lire mes précédents Oh my*! voici : le tout premier, le deuxième, le troisième et le quatrième.

2 Small Talks sur Oh my* ! #5

  1. Christel
    2 septembre 2016 at 12 h 45 min (2 années ago)

    Que Dieu continue de te combler de sa grâce. Tout ça, ce sont des bénédictions de l’Éternel. Il est fidèle dans les petites choses alors sachons le remercier tous les jours.

    Je pense qu’il nous est difficile de recevoir parce qu’on s’attend toujours à ce qu’un jour, l’autre nous réclame autant. On prefere etre dans la position du « dominant » et non du « dominé ». C’est le doute sur notre capacité à rendre autant qui nous pousse parfois à refuser l’aide.

    Quoi qu’il en soit, ne soyons pas ingrats quand qu’un nous a aidé, infime soit l’aide.

    Bref, c’était ma contribution lol.

    Répondre
    • Sarah
      2 septembre 2016 at 15 h 00 min (2 années ago)

      Merci Christel pour ta belle contribution ! Je pense que c’est ça, il y a le doute de ne pas pouvoir rendre autant que ce que l’on a reçu. C’est terrible ! En même temps la société dans laquelle on vit nous susurre constamment à l’oreille que rien n’est gratuit. Et quand effectivement quelque chose l’est cela nous rend méfiant au lieu du contraire… à nous chaque jour d’essayer d’être équilibré sur les 2 faced de la pièce. Bon week-endroit à toi !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués d'un *






Commenter *