the diaries of S

 J’adore écrire !

Autant que je me souvienne j’ai toujours accumulé les stylos et carnets en tous genres. Les paroles s’envolent, les écrits restent c’est bien ce qu’on dit, ayant intégré cela j’ai toujours ressenti le besoin d’écrire.

Ecrire pour cristalliser mes émotions au sein d’un journal intime, écrire pour capturer une idée sur le moment, écrire pour retenir l’inspiration, une idée. Mais depuis que je me suis convertie une des utilisations que j’ai trouvé aux carnets est d’écrire pour … noter la vision. Comme si écrire avait le pouvoir de faire exister son contenu. Comme les tables de la loi gravées dans la roche, comme la parole contenue dans nos bibles ou comme ces journaux qui ont été les recueils silencieux d’histoires passionnantes ou éprouvantes tel le journal d’Anne Franck par exemple. Les écrits attestent, témoignent. Ils s’inscrivent dans une certaine forme d’éternité. Ils sont là, c’est indéniable. You can not remove it, nor replace it.

Et je quand pense aux promesses du Seigneur, quand j’ai besoin de me souvenir qu’elles sont et demeureront jusqu’à son retour, je me souviens que c’est écrit et cela me rassure. Je les réécris dans mes carnets comme pour me les approprier et les faire exister dans mon monde et je garde ses promesses liées, indéfectiblement et incontestablement, irréfutables, ineffaçables. Eternelles.

illustration diaries

Ecrire, je crois, nous permet de tracer un parcours, un fil conducteur qui nous fait nous balader sur le fil du temps.

J’ai conservé à peu près 6 à 7 carnets et quand je les réouvre pour lire ce que j’y ai écrit, je me redécouvre à un moment M de ma vie. Je remonte le temps, sans la De Loreane ! Je peux en quelque sorte voir mon cheminement, évaluer mon parcours et voir comment le Seigneur m’a amené d’un stade à un autre de ma vie. Parfois je suis surprise parce que je relis. Je me replonge dans mes questionnements passés et les compare aux réponses que j’ai obtenues 2, 3 voire quatre ans plus tard. Je relis les luttes que j’avais auparavant et les ramène aux victoires que j’ai obtenues. Cela m’encourage et me re-motive. Cela m’aide à me souvenir et le souvenir d’une main tendue, d’une solution inopinée ou d’un soulagement de dernière minute à des moments critiques de ma vie, me poussent à rendre grâce. Ce sont un peu des livres du souvenir et du témoignage !

 …écris la vision…

J’ai aussi souvent utilisé ces carnets pour noter mes aspirations mais aussi les directions que je reçois, mes convictions, mes rêves. Ma vision.

Je vous présente donc au sein de ce post quelques un de mes carnets. J’en ai pour tous mes sujets de prière de prédilection.  Je les ai classifiés :

– un pour mon mariage

– un pour la famille

– un pour le service

– un pour les notes de cultes…

J’en ai acheté quelques un en France, d’autres aux Etats-Unis, j’en ai également reçu un magnifique à l’occasion de mon mariage. Il m’a été offert par des amies qui avaient pris soin de le remplir de notes de bénédictions que j’ai eu le plaisir de lire juste après notre mariage.

Eh oui, ça fait beaucoup et c’est très organisé, voire un peu trop, mais bon je ne suis pas une fille pour rien !

Et vous, avez-vous des carnets de notes, des journaux intimes ou cahiers en tous genres ? Comment les utilisez-vous ?

 

4 Small Talks sur the diaries of S

  1. Marie
    14 septembre 2016 at 15 h 05 min (4 années ago)

    Magnifique article, je crois que je vais reprendre ton blog dès ses débuts! :) J’ai aussi plusieurs cahiers classés par catégories, ça permet de rester organiser et de se focaliser sur l’essentiel, et ça fais tellement de bien de se relire plus tard et de constater une évolution.

    Répondre
    • Sarah
      15 septembre 2016 at 15 h 05 min (4 années ago)

      Merci Marie ! :)

      Répondre
  2. Sephora
    3 novembre 2013 at 3 h 19 min (7 années ago)

    j’écris depuis l’âge de 14 ans. Ecrire ça soulage. Ecrire ça permet de transmettre de l’espoir. j’écris parce que j’aime, je me sens tellement à l’aise. J’ai plus de 30 carnets ahah mais je ne suis pas aussi organisée que toi. L’écriture est une passion, une grâce du Seigneur. Plus je grandis, et plus ma façon d’écrire change. J’écris pour nous les hommes, qui avons toujours besoin de réconfort, d’espoir et de soutien. Ecrire pour dire à quelqu’un : »tu n’es pas seul. courage ! »

    Répondre
    • Sarah
      4 novembre 2013 at 14 h 50 min (7 années ago)

      Bonjour Sephora, je suis heureuse de partager avec toi cette passion pour l’écriture. Whaouh ! Ta collection de carnets m’impressionne. J’avoue que depuis l’entrée du iPad dans ma vie, je me suis laissé tenté par la rédaction sur tablette. Il y a moins la manipulation du papier, son odeur, le bruit du stylo sur la feuille mais au moins je peux compiler et trier une multitude de textes, revenir dessus, les partager… Bref, j’adore écrire … Bonne continuation à toi, bonne journée !!!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués d'un *






Commenter *