Gospel One TV l’Interview // Part. 2

Gospel One TV

>> LET’S TALK BUSINESS

À quelles difficultés vous êtes-vous heurtés lors du processus de création de la chaîne ? Quels ont été vos plus gros défis et par conséquent vos plus grands doutes ?

D’entrée le fait que la chaîne existe sous sa forme actuelle (sur internet et bientôt sur des bouquets ADSL) est une grande réussite et un très bel encouragement pour ce projet. Les défis sont encore là comme trouver des financements. Nous avons un prévisionnel mensuel, pour le financement et le fonctionnement de la chaîne, de près de 450 K€ pour la production et la diffusion des programmes, sur toute l’année je vous laisserai faire le calcul.

Pour le moment nous envisageons des partenariats avec certains acteurs à l’étranger. Nous avons rencontré des chaînes plus expérimentées qui pour certaines deviendront des partenaires et d’autres des relais. Nous voulons nous associer à ces grandes chaînes existantes afin de créer une dynamique autour de ce projet pour à la fois ne pas trop sentir la pression du challenge. Car la télé coûte très cher et produire des contenus de qualité est très coûteux. On pourrait produire des programmes de moins bonne qualité mais cela ne nous ressemble pas. A la tête du projet Piero Battery et moi même sommes des personnes très exigeantes qui aimons la qualité et nous n’envisageons pas du tout de faire une télé low cost. Nous voulons y mettre les moyens mais pas seulement financiers, on veut surtout donner une implication forte à l’humain. Dans ce projet on a la chance d’avoir avec nous des collaborateurs de grande qualité. Notre équipe de 45 collaborateurs sont tous des spécialistes dans chacun de leurs domaines, du graphiste au monteur, nous avons des chargés de production qui ont l’expérience du métier au-delà du clivage gospel. Ce sont des gens qui ont travaillé sur de grosses productions qui ont de l’expérience et un savoir-faire. Et sur plusieurs productions, nous ressentons vraiment les compétences de nos collaborateurs. C’est notre richesse et notre capital et c’est ce qui annonce la couleur de ce que nous serons amenés à produire à l’avenir. C’est ce pour quoi nous avons été félicités : la qualité de la charte graphique, de notre site internet … Nous voulons aller plus loin en créant des contenus riches, travailler avec les meilleurs et permettre aux jeunes de trouver une place dans les médias. Nous ouvrons nos portes à ceux qui veulent développer leur talent : présentateurs, animateurs …

Tellement de gens attendent un média tel que celui-ci que facilement des professionnels compétents qui aiment le gospel rejoignent notre équipe.

Les difficultés ont été de trouver des partenaires, car même dans notre milieu évangélique, gospel, il n’est toujours pas facile d’associer tout le monde à ce qui est un projet commun. Car au niveau de  la tête du projet ni Piero Battery, ni Alain-Patrick ni moi ne nous approprions le projet. Moi je suis là aujourd’hui à la direction mais il n’est pas dit que je m’éternise. Peut-être qu’il arrivera des gens beaucoup plus compétents ou avec plus de force et de compétences pour mener plus loin encore ce projet, cela est tout à fait possible. Nous avons simplement une vision et nous répondons à la demande à un public sans cesse grandissant dans le monde et dans la francophonie. Nous ne pouvons pas nous approprier seuls ce projet. Nous l’ouvrons à plus d’acteurs, plus de partenaires d’églises également, des chefs de choeurs, des producteurs. Car c’est une plateforme de diffusion. Nous créons un outils, une plateforme, faisons-la vivre. Nous travaillons à la possibilité que des sponsors puissent investir au sein de la chaîne pour nous aider à grandir et à produire des contenus de qualité.

Avez-vous eu recours à des fonds d’investissements ? 

Nous sommes entrain d’étudier toutes ces pistes. Nous avons une équipe de production extraordinaire qui travaille sur toutes les possibilités de financements de la chaîne que cela soit par des subventions ou aides publiques.

Comme nous avons une ligne éditoriale qui défends certaines idées et qui est une réponse à certaines aspirations. Notre souhait est que des investisseurs et acteurs dans la production, nous rejoignent et trouvent toute leurs places dans notre projet et que le coût financier soit allégé.

Nous attendons des retours des demandes qui ont été faites par l’équipe de production.

Sur quel business modèle repose la chaîne ?

Nous allons fonctionner comme plusieurs autres chaînes existantes, sur du sponsoring et de la vente d’espaces publicitaires. Mais il arrivera également que la chaîne devienne payante à hauteur de 0,99 €, ce ne serait pas beaucoup que de demander moins d’un euros à certains abonnés. Ce serait juste une façon de solliciter le soutien des téléspectateurs qui aimeront le contenu, ce qui nous permettrait de subvenir aux besoins fonctionnels de la chaîne.

La publicité entrera-t-elle à terme dans l’équation du développement financier de la chaîne, créant ainsi une aubaine pour les annonceurs partageant les valeurs propres à la «culture gospel» ?

Nous sommes entrain d’étudier notre grille pour permettre aux annonceurs de trouver leurs places. Nous voulons proposer plusieurs solutions, des sponsors qui peuvent directement soutenir un programme ou trouver une plage d’annonce précise selon des tranches d’horaires et créneaux précis. en rapport directe avec la cible qui regarde le programme. Nous allons entamer très prochainement des négociations avec une régie publicitaire, parce que nous ne voulons pas limiter la chaîne a de la simple publicité chrétienne ou à destination des chrétiens, nous estimons que là-dessus il y a énormément à faire. Lorsque l’on prend notre cible qui est constituée de personnes aimant le gospel, la cible est très large. C’est monsieur et madame Tout Le Monde, ceux qui viennent à des concerts, c’est le Français de Normandie, d’Aquitaine, des gens qui sont à Brest, à Paris, partout en fait ! Car le gospel ne marche pas qu’en région parisienne, le gospel est très bien accueillit partout. C’est aussi le français d’origine africaine ou caribéenne, c’est une diversification possible du type d’annonce. Ce sont majoritairement des familles avec un ou deux enfants qui ont un vrai pouvoir d’achat, une cible qui peut potentiellement intéresser de futurs annonceurs.

C’est là les possibilités que nous étudions pour permettre un financement possible de la chaîne.

>> NEXT STEP

* Nous sommes à l’air du digital, comment Gospel One Tv compte-t-elle s’inscrire dans   cette dimension ?

Nous voulons rendre Gospel One TV accessible à tous niveaux parce que nous sommes dans l’air d’une technologie qui se renouvelle tous les jours. Nous ne voulons pas manquer ce rendez-vous là. Nous voulons faciliter l’accès de ce média à nos téléspectateurs.

L’application est déjà prête, simplement nous attendons le mois de juin pour l’annoncer. Nous pensons faire un lancement global sur toutes les plateformes.

L’application sera disponible pour les plateformes Apple (iPhone/iPad) et Android. Sur les plateformes Linux, nos ingénieurs n’ont pas encore développés  l’application. Les téléspectateurs pourront regarder Gospel One TV sur leurs téléphones portables, tablettes tactiles.

Il y a eu l’offre gratuite sur internet, puis bientôt le lancement sur les groupements de chaînes tels que Bouygues Telecom et Free en Juin prochain, quelle sera la prochaine étape / perspectives d’évolution à long termes ? (une appli web, la radio Gospel One TV, un magazine ?)

Certains programmes seront accessibles en directe sur la chaîne et d’autres en Replay, pour garantir l’audience à nos annonceurs. Mais certains programmes et produits seront plus précisés en Juin lors du lancement. Et c’est du très lourd ! (rires)

Une migration vers les chaînes Hertziennes est-elle envisageable ?

Oui ! C’est tout à fait envisageable. En France cela sera plus délicat, mais ce qui est sûr c’est que dès 2015 Gospel One deviendra une chaîne internationale en diffusant hors de la France : en Belgique, en Suisse, probablement au Luxembourg et au Canada, également en Afrique et dans la Caraïbe. Voici l’objectif pour 2015 : une chaîne internationale sur le réseau francophone entier. Il y a une forte demande et de nombreux partenaires ont le souhait de voir la chaîne également diffusée dans leurs pays. Nous sommes entrain de travailler pour apporter des solutions de diffusions. Nous voulons « splitter » le signal, c’est à dire permettre que selon des points de diffusion, les programmes soient adaptés. Ce qui mènerait plus tard à développer des chaînes spécifiques, du type : Gospel One TV Afrique, Gospel One TV Europe, Gospel One TV Amérique, à moyen terme. Dans un premier temps, Gospel One TV sous la forme actuelle sera accessible avant juin 2015 à toute la Francophonie.

Les chaînes hertziennes étant entrain de mourir nous envisageons des formes de télé différentes, des solutions de TNT ou télé ADSL et câbles et satellites pour d’autres pays. Ce sont à toutes ces solutions que nous réfléchissons afin d’étendre la diffusion de la chaîne à l’international.

Ceci était la suite et fin de notre interview de Gospel One Tv, pour en savoir plus sur Gospel One Tv :

Pour en savoir plus sur Gospel One Tv : Gospel One Tv est la première chaîne Francophone, généraliste et dédiée à la culture gospel. La chaîne s’adresse à un public francophone, abordant une programmation familiale et une ligne éditoriale fondée sur les grands thèmes de la « Culture Gospel ».

Les programmes sont disponibles sur internet. Dès le mois de septembre, les téléspectateurs retrouveront leurs programmes sur l’ADSL, le câble et le satellite.

le site internet de la chaîne

la page Facebook 

2 Small Talks sur Gospel One TV l’Interview // Part. 2

  1. bonhomme
    18 juin 2014 at 9 h 59 min (8 années ago)

    Super article ! j’ai trop hate que cette TV sorte ! l’interview a eu lieu à la fin du concert de lancement ?

    Répondre
    • Sarah
      19 juin 2014 at 9 h 40 min (8 années ago)

      Bonjour ! Merci pour le retour positif. Cette interview a eu lieu suite à la soirée de lancement, à savoir quelques semaines plus tard. J’ai également hâte de voir cette chaîne à la TV. Rendez-vous en septembre !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués d'un *






Commenter *