Love waits // #3 Pourquoi attendre ?

Pourquoi attendre ?

J’ai recensé quelques raisons majeures d’opter pour ce choix et ai distingué trois niveaux d’intérêts pour lesquels l’attente avant le mariage produit des bénéfices certains.

Au niveau de notre relation avec Dieu

1/ Car l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, reconnaître que ce choix est celui recommandé par la Parole de Dieu est faire preuve d’obéissance. Par cette même occasion nous reconnaissons que Sa vision des choses à ce sujet est la meilleure et que l’application de Sa volonté dans ce domaine est Lui laisser avoir une maîtrise sur le déroulement de notre vie. Le plan de Dieu est que nous puissions jouir des meilleurs fruits de Son jardin au temps opportun.

2/ Se mettre dans une position d’attente nous oblige à nous remettre continuellement entre les mains de Dieu pour pouvoir y arriver. Abandonnés à nos propres forces et à notre propre espérance de réussite, il est sûr et certain que nous ne réussirons pas. Cette dépendance nous apprend à compter quotidiennement sur Lui et Sa grâce pour être fortifié dans l’attente. Cela peut par la même occasion développer notre confiance en Lui.

Au niveau personnel

1/ Marcher dans l’abstinence notamment pendant la période des fiançailles induit de marcher dans l’auto-discipline. Il s’agit donc de chaque jours se prendre en main spirituellement et mentalement afin de ne pas perdre de vue l’objectif de l’abstinence.

2/ L’abstinence est un bon moyen également de nous protéger personnellement de la déception d’une relation au sein de laquelle on se serait trop investit physiquement en pensant qu’elle durerait pour enfin découvrir que ce don de soi n’a pas mené au mariage. Se lier sexuellement à une personne est émotionnellement engageant. C’est dévoiler la part la plus profonde de son être. Ainsi ne pas s’offrir trop vite, trop tôt, est la garantie de se prémunir, dans une certaine mesure (et peut-être la plus grande), de la déception d’un échec.

3/ Revaloriser l’estime de soi et l’image que l’on peut avoir d’une relation de couple.

Au niveau du couple

1/ Le temps que l’on ne passe pas à coucher ensemble, on le passe à se découvrir. Je pense que le mal qui réside dans le fait d’aller trop vite est de ne pas laisser de temps au temps. Mon mari et moi lorsque nous étions fiancés, nous avons pris le temps d’apprécier le temps que nous passions ensemble. Nous avons pris le temps de nous découvrir : nos passions, nos aspirations, nos ambitions, nos peurs, nos rêves… Ce temps de découverte est un temps précieux. Ce temps nous permet premièrement de nous poser les vraies questions au sujet de cette personne que l’on fréquente et surtout d’obtenir des débuts de réponses. Alors oui, on peut aussi se connaître en couchant ensemble certains diront, mais l’euphorie de l’étreinte sexuelle prend bien souvent le pas sur le reste et ne permet plus de voir les choses et les réalités telles qu’elles le sont. Pris dans le tourbillon de la « passion » nos « témoins d’alertes » sont alors moins vifs, et l’on se retrouve bien souvent embarquée au sein d’une histoire qui ne nous convient finalement pas totalement.

Prendre le pas d’attendre, c’est donner sa chance à une relation naissante :

– la chance de s’édifier sur de bonnes bases

– la chance de se fortifier avec le temps

– la chance de s’approfondir

2/ Attendre permet également au couple de bien profiter de chacune des étapes qui s’offrent à lui. Le temps de la cour pour les fréquentations, le temps du rêve et des projets pour les fiançailles et enfin le temps de la jouissance pour le mariage. Ne pas brûler les étapes est essentiel dans la constitution d’un couple. C’est un processus à très long terme au sein duquel chaque étapes a son importance. Pourquoi se précipiter à déballer un paquet que nous aurons l’éternité, ou tout du moins 65 à 70 ans, pour déballer ?

J’ai personnellement vécu et vit encore les bénéfices de cette attente. Je suis arrivée au mariage moins stressée car nous avions pris le temps de nous poser les bonnes questions et de réellement faire cette rencontre avec la réalité de la personne que nous allions épouser sans nous focaliser sur un avant-goût restreint (et souvent trompeur) de la vie à deux. Nous avons aussi soumis notre relation à l’épreuve de la séparation qui peut également survenir pendant les fiançailles. Notre amour n’en a été que plus fort, plus conscient, plus mâture. Nous sommes fière de cette expérience car elle nous a enrichit et j’espère sincèrement qu’elle enrichira toutes les personnes qui auront l’occasion de lire ce témoignage.

Et vous qu’en pensez-vous ?

A bientôt pour la suite de cette série d’articles sur le thème de l’abstinence pré-maritale dont le prochain portera sur le Comment attendre !

En attendant lisez ou re-lisez le premier article de cette série baptisé « Virginité, abstinence, chasteté : quelles significations aujourd’hui ? » ici !

 

N’hésitez pas à rejoindre la page Facebook ou encore le compte Twitter pour suivre l’actualité du blog Let’s Talk About God & Life !

6 Small Talks sur Love waits // #3 Pourquoi attendre ?

  1. helia
    20 juillet 2012 at 12 h 25 min (8 années ago)

    Je partage tout à fait cette vision des choses, je l’ai également vécu et d’une façon encore plus forte car nous avons du attendre la fin de nos études (la plupart du temps loin l’un de l’autre)pour nous marier, de longues années mais un enrichissement et une connaissance toujours plus profonde de l’autre. Ce n’est pas dans un lit qu’on apprend à se connaitre, les caresses, l’attirance sexuelle tout cela est universel et vient tout à fait naturellement quand on aime, par contre apprendre, comprendre qui est l’Autre…cela prend du temps et se révèle généralement dans les périodes de test, et l’abstinence en est une (mais pas la seule).
    Je suis heureuse de voir que cette vision est encore partagée par des soeurs et frères en Christ, la pensée du monde à tellement tendance à envahir les coeurs : comme tu le dis l’aspect sexuel est devenu premier (il est très important c’est vrai mais c’est un aboutissement, ce n’est pas un départ !)
    D’ailleurs, le nouveau départ du mariage est alors un moment encore plus magique, plus beau, plus merveilleux et la complicité, la confiance sont totales car basés sur une relation stable, durable.
    C’est un chemin d’obéissance au Seigneur mais aussi un chemin de bénédictions autant humaines que spirituelles, je l’ai expérimenté.
    D’ailleurs, après 4 ans de mariage, nous nous aimons comme au premier jour sans doute parce que les bases ont été posées au préalable mais aussi car Dieu nous accompagne chaque jour et nous donne Son Amour sans lequel nous ne pouvons aimer en retour.

    Répondre
    • Sarah
      20 juillet 2012 at 14 h 08 min (8 années ago)

      Bonjour Helia,

      Je te remercie d’avoir apporté à cette conversation au travers de ton merveilleux témoignage ! Comme tu le sais je partage totalement ton avis sur le sujet et ne saurais que trop insister sur le fait de ne pas brûler les étapes. Mon mari et moi avons également attendu la fin de nos études et cela a été un réel challenge mais que nous avons vécu avec beaucoup de paix et d’appréciation car pour nous cette attente avait du sens. Comme tu le dis si bien apprendre à connaître et comprendre l’autre prend du temps. 3 ans après notre mariage nous ne regrettons rien, bien au contraire ! Je te souhaite un plein épanouissement au sein de ton couple, te remercie pour ton retour enrichissant et te dis à bientôt pour le dernier article qui portera sur le « comment » attendre. Excellente journée à toi Helia ! Sarah

      Répondre
  2. Noé C.
    10 juillet 2012 at 13 h 21 min (8 années ago)

    Pas tout à fait d’accord avec le fait de trop attendre à partir du moment où on est fiancés. Une chose intéressante est que la loi juive interdit de faire durer les fiançailles au-delà de 3 mois. L’explication que certains rabbins donnent de l’observation de ce principe est très convaincante! Je n’en dis pas plus, il y en a suffisamment sur internet pour ceux que ça intéresse ;).

    Répondre
    • Sarah
      10 juillet 2012 at 14 h 32 min (8 années ago)

      Merci pour ton retour et le partage de ton point de vue concernant cet article. Je ne connaissais pas les observations tenues par certains rabbins à ce sujet. Curieuse de nature, j’irai me renseigner. Néanmoins, le temps des fiançailles étant librement fixé par les intéressés sa longueur est donc variable. Concernant l’attente, dans la mesure où elle a été initié à la fondation du couple, pour ceux qui en ont fait une priorité, pourquoi ne pas continuer jusqu’au bout ? J’explique davantage mon point de vue à ce sujet, appuyé par des passages bibliques, au sein de mon précédent article ici : http://www.letstalkabout.fr/lets-talk-about-love-2-virginite-abstinence-chastete-quelles-significations-aujourdhui/. Qu’en penses-tu ? Bonne journée !

      Répondre
  3. dhie
    10 juillet 2012 at 13 h 04 min (8 années ago)

    Une seule chose à dire : c’est la vérité. Merci pour ces conseils avisés et ton témoignage qui encouragera mes filleules à attendre jusqu’au bout

    Répondre
    • Sarah
      10 juillet 2012 at 14 h 19 min (8 années ago)

      Heureuse que cela puisse aider ! Bonne journée !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués d'un *






Commenter *